Associations, Entreprises, Collectivités: dans le même bateau

Différents mais ensemble

Recherches et Solidarités vient de publier la 15ème édition de la « la France en mouvement », le panorama annuel de la vie associative avec un éclairage régional.
2800 associations créées cette année, 60 000 associations actives, en Normandie. Elles sont certes, moins nombreuses que les 244 000 entreprises identifiées par l’INSEE, mais sont présentes sur les 2800 communes de la région. Les 600 000 bénévoles, les 92 000 salariés des associations normandes ne font pas  pâle figure quand on les compare aux 1 244 000 salariés des entreprises ou aux 270 000 agents territoriaux. Ils sont une ressource pour la Région, avec leurs points forts et leurs faiblesses.
Entreprises, associations et collectivités présentent souvent des caractéristiques communes. La plupart d’entre elles sont très petites avec des moyens limités. 85% des associations n’ont pas de salarié, c’est aussi le cas de 65% des entreprises tandis 68% des communes ont moins de 1000 habitants.
La dispersion et la petite taille de la plupart de ces organisations constituent certainement des forces. Elles sont au plus près des usagers, et des clients. Elles sont peut-être plus réactives que les grandes organisations. Mais leur taille  est aussi  leur faiblesse. Leurs moyens limités les mettent à l’écart des grands débats sur l’avenir de notre région. Il leur est difficile d’y contribuer, mais aussi de profiter des initiatives mises en place.

De ce point de vue, les 73 nouvelles intercommunalités qui, depuis cette année, maillent le territoire régional, constituent une réelle opportunité. Elles peuvent être le lieu d’organisation des différents secteurs d’activités et au-delà, de leur mise en réseau. Elles peuvent rassembler les énergies, créer de réelles interfaces entre les  coopérations locales et les autres acteurs de la région.
C’est l’une des caractéristiques des territoires qui fonctionnent bien en Europe. Non seulement les acteurs d’une même filière se rassemblent sur des espaces à taille humaine, mais développent sur ces territoires des synergies entre les différents « espaces-temps ». Les acteurs économiques côtoient les gens de culture, mais aussi les éducateurs, les acteurs sociaux… C’est vrai de l’Italie du nord, des cantons suisses, du port de Rotterdam, mais aussi de territoires comme le grand Lyon,…Souvenons-nous de comment a été portée la candidature de Lille aux jeux olympiques et des conséquences pour le devenir de la Région…Ensemble on est plus fort. La solidarité des acteurs fait l’attractivité du territoire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*