quelque part sur le site

Quels animateurs pour quels territoires?

Le débat annoncé par le Président de la République pose un double défi aux associations. D’un côté les aspirations énoncées par le Mouvement social interpellent leurs manières de faire. De l’autre sauront-elles, pourront-elles, mettre à la disposition du dialogue social annoncé, les capacités d’animation de leurs cadres professionnels et bénévoles ? Y seront-elles invitées ? Répondront-elles à l’appe l? Ne pas le faire serait une grave erreur pour elles et notre société.

Depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, les Maires se plaignent d’être les oubliés de la République. En les mobilisant pour animer le débat national, le Président de la République peut espérer faire coup double. Aller à la rencontre des citoyens et se réconcilier avec les Maires. Mais c’est aussi prendre un double risque :

  • La Commune est certes le lieu où l’on vote mais pas nécessairement le lieu où l’on vit. Pour beaucoup d’entre nous, c’est d’abord l’endroit où l’on dort. On travaille, fait ses courses, pratique ses loisirs… ailleurs. (Cf. Photo ci-dessous.)
    Centrer les débats sur le seul territoire communal, c’est laisser de côté des pans entiers des préoccupations exprimées ces dernières semaines. Les débats doivent aussi se dérouler sur les autres territoires de vie des citoyens. Le bassin de vie, le territoire intercommunal sont certainement des espaces à la bonne échelle.
    Il faut pour cela que les Présidents des intercommunalités acceptent d’ouvrir leurs territoires aux questions sociétales, ce qui n’est pas gagné.
  • Mais il est une autre limite. En France, contrairement à plusieurs pays européens, le Maire est d’abord un décideur. Il n’est pas nécessairement un animateur, une personne qualifiée pour cela. Beaucoup d’ailleurs sont assez rétifs à l’exercice de la démocratie participative.
    Il n’est pas certain non plus que les citoyens aillent devant les Maires débattre de toutes les questions qui les préoccupent. Si on n’y prend garde on risque une fois encore de ne retenir que l’écume des choses.

Pour réussir ce débat national et construire un nouveau pacte social, ouvert aux enjeux des transitions climatiques et numériques, il faut multiplier les lieux d’initiative, aller à la rencontre de chacun.
Les débats doivent libérer les ronds-points mais ne pas s’enfermer dans les salles municipales. Ils doivent pénétrer les divers espaces de vie, mobiliser aussi bien les entreprises, les lieux de formation, de santé, les associations, les centres commerciaux…. Il faut mobiliser les bonnes volontés, faire appel à toutes les compétences disponibles.

Les associations, en tout cas celles
qui disent servir l’intérêt général, ne peuvent rester à l’écart de ce débat.

                                                                          Cléon-Tourville Zones et Ronds-Points

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*