5 candidats en 5 diagrammes

l'heure du choix

Cinq diagrammes pour donner à voir le positionnement des candidats  sur les thématiques qui sont chères  aux associations. Cinq diagrammes donnant à voir les points de convergence mais aussi de divergence.  Un outil pour accompagner nos réflexions, nos propositions et nos  relations aux différents candidats.

Téléchargez les diagrammes au format PDF: 17.04.12.synthèse diagramme candidats

 

 

François Fillon affirme un attachement à la laïcité et la construction européenne. Il ne dit rien sur le fait associatif et l’engagement bénévole, n’évoquant cette question que sous l’angle caritatif et social. Son approche de l’éducation est centrée sur l’école. Il ne supprime pas  l’aménagement des rythmes scolaires. Il laisse cette question à l’appréciation des maires.

 

Benoît Hamon affirme son attachement à la construction européenne, en soulignant  la priorité à donner à la question sociale. Il prend en considération la place des temps non scolaires dans l’éducation des enfants. Il formule des propositions en direction des bénévoles. Il évoque le partenariat avec les  mouvements associatifs, mais ne dit mot de la place des associations et notamment de celles qui ne sont pas organisées sur les territoires. De ce point de vue, il développe une approche  traditionnelle du rapport aux associations.

 

Comme les autres candidats, Marine Le Pen manifeste son attachement à la laïcité, même si c’est une laïcité de combat contre l’islamisme. Pour le reste, elle prend  le contrepied de la plupart des préoccupations qui sont les nôtres. Elle propose de sortir de l’Union européenne ; elle centre l’éducation sur l’école, l’apprentissage des savoirs fondamentaux et du respect de l’autorité. Elle ne dit mot des corps intermédiaires, mais veut réaffirmer l’autorité de l’État, remettre en cause les nouvelles  intercommunalités au profit des communes. Elle valorise certes le rôle des élus, mais veut réduire leurs indemnités… Elle évoque bien le financement des petites associations, mais ne précise pas lesquelles ni selon quelles règles ?  Un état fort, de petites associations… le risque de l’arbitraire n’est pas loin.

 

Emmanuel Macron manifeste son attachement à la construction européenne. Il affirme lui aussi son lien à la laïcité. Il évoque la place de l’éducation non scolaire dans les parcours éducatifs. Il parle d’ouvrir les portes. Mais il laisse la question des rythmes scolaires à l’appréciation des maires.
Il souligne le rôle des corps intermédiaires, évoque leur rôle mais sans dire quelle place il leur fera notamment sur les  territoires de proximité dont il fait des acteurs de premier plan. C’est le candidat qui s’exprime le plus sur les enjeux numériques : l’accès de tous,  la protection des données, l’accompagnement dans les usages… Il souligne à ce propos la contribution que pourraient apporter les associations locales et leurs réseaux.

 

Jean-Luc Mélenchon exprime fortement son attachement aux valeurs de la République. Il manifeste également son désir de conforter l’Union européenne mais sur de nouvelles  bases. Il n’hésitera pas à proposer  aux français d’en sortir si nécessaire. Il évoque dans ses propositions  les mouvements associatifs, l’éducation populaire, mais ne formule aucune proposition pour accompagner l’évolution de ce secteur. À plusieurs reprises par contre,  il souligne son intérêt  pour la démocratie directe et le recours au référendum. Au plan de l’éducation, il  souligne son attachement aux parcours  alternatifs, à la place de la culture, mais de manière paradoxale, il propose la suppression pure et simple  de l’aménagement des rythmes scolaires… peut-être rendu inutile par la démarche qu’il propose d’ouvrir sur l’articulation des temps de vie qui permettrait de resynchroniser le temps des parents et celui des enfants…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*