quelque part sur le site

Aller de l’avant, sans attendre!

Présidence du CESER, plan de développement de la vie associative, séminaire régional, … l’actualité de ce début d’année est riche pour le réseau « Associations-et-Territoires ».
Dans sa campagne pour l’élection à la présidence du CESER, Jean-Luc Léger a proposé une approche renouvelée de la gouvernance du CESER, plus en phase avec les nouveaux enjeux du développement territorial, recueillant ainsi 62% des suffrages.

De son côté, le géographe Laurent Davezies que nous côtoyons au sein de l’IHEDATE, ne manquera certainement pas de souligner dans l’état des lieux dont l’a chargé Hervé Morin, l’impact de l’économie résidentielle, de la qualité du tissu social sur le développement des territoires.

Notre approche de la vie associative s’inscrit dans cette double perspective. La France, la Normandie doivent, à l’image des autres économies développées, comprendre que les associations, aux côtés des entreprises et des collectivités sont le troisième pilier du développement des territoires.
Certes, elles ne génèrent pas toujours du chiffre d’affaires, ne développent pas toujours de lourds investissements, mais leurs 600000 bénévoles développent des services, tissent du lien social. Elles sont sources de qualité de vie et sont un facteur essentiel à l’attractivité des territoires, sans oublier qu’elles emploient 10% des salariés en Normandie.

S’il est indispensable d’accompagner l’adaptation des entreprises et des collectivités au 21ème siècle, une démarche du même ordre doit être entreprise en direction des associations. Elles aussi changent de paradigme.

C’est tout le sens des propositions que nous venons d’adresser à Edouard Philippe, le Premier Ministre qui a annoncé la présentation au printemps d’un plan national de développement de la vie associative.
Mais au delà des services de l’Etat, ces propositions concernent tout autant, les partenaires de Normandie. C’est pourquoi nous les avons adressées aux Présidents de la Région, des Département, de chaque EPCI en indiquant notre disponibilité pour travailler à leur mise en œuvre. Quatre axes de travail sont proposés:

  •  la réorganisation de l’espace associatif à l’échelle des nouveaux territoires que sont les EPCI
  •  la gouvernance des associations à l’heure numérique
  •  une mobilisation renouvelée des bénévoles et des salariés
  •  des nouvelles formes de financement des associations

Philippe Thillay
Secrétaire Général Associations et Territoires
Vice-Président de l’Association des auditeurs de l’IHEDATE
Administrateur du Mouvement Européen

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*