quelque part sur le site

L’Europe des associations, 1ère étape réussie.

15 réseaux associatifs de Normandie joignent leurs forces pour donner la parole aux associations. C’est une première étape réussie. Les 70 000 associations actives dans notre région sont ainsi invitées à prendre part à ce débat essentiel pour notre avenir. De quelle Europe voulons-nous ?

Dès 1956, la plupart des réseaux associatifs se sont investis positivement dans la construction européenne. Dans le cadre des orientations du Conseil National de la Résistance, il s’agissait d’inscrire la reconstruction de notre Pays dans un cadre pérenne, celui de l’Europe: échanges de jeunes, rencontres sportives, rencontres culturelles, jumelages, chantiers de volontaires, auberges de jeunesse…

Au fil des ans, pour beaucoup de Mouvements et Fédérations, l’Europe est devenue comme une évidence. Bon nombre d’associations ont bénéficié et bénéficient des fonds structurels, des fonds sociaux, parfois même sans le savoir…  Erasmus, Les emplois jeunes, le service civique, l’action culturelle en milieu rural, la politique de la ville, le DLA … Que seraient ces dispositifs sans les fonds européens ?

Et pourtant 60 ans plus tard, le doute d’empare de certaines associations. Les règles européennes semblent parfois, vouloir déstabiliser le fonctionnement des associations. Souvent les pouvoirs publics locaux invoquent des règlements européens pour justifier leur désengagement vis à vis des associations… L’intégration européenne, l’ouverture à d’autres expériences de l’engagement bénévole peuvent sembler venir déstabiliser les pratiques françaises.  L’enthousiasme des associations pour la construction européenne n’est plus tout à fait de mise.

Mais est-ce la faute de l’Europe si le bénévolat est aujourd’hui encore en France, considéré comme un temps résiduel, comme une variable d’ajustement? On peut en douter lorsqu’on observe la manière dont certains Pays traitent de l’engagement, comment ils associent les associations à la construction des politiques publiques?… Des remarques du même ordre pourraient être faites à propos du financement de la vie associative… Si la France est l’un des rares Pays à définir par la loi les associations, cela ne suffit pas à en faire un exemple.

De la rencontre, de la confrontation des expériences, les associations françaises pourraient se nourrir pour faire évoluer leur mode de gouvernance, pour mieux faire face et participer activement aux mutations du monde. La confrontation, les  convergences ne sont pas des pratiques réservées aux seules entreprises.

Face aux défis climatiques, aux initiatives géopolitiques de Pays comme les USA, la Chine, la Russie, l’Inde…27 pays divisés, séparés seraient de peu de poids pour défendre et développer une certaine manière de vivre et des valeurs qui depuis plus de 70 ans maintenant, garantissent la paix civile et une qualité de vie que beaucoup nous envient.

Alors que faut- il faire ?

Rendez-vous le Mardi 16 octobre
13h30 Préfecture de Région à Rouen
Inscription obligatoire sur : http://bit.ly/consult-europe

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*