quelque part sur le site

Pouvoirs publics, quelles ouvertures ?

Les portes du futur ?

Courant janvier nous avons adressé aux pouvoirs publics et à nos autres partenaires, les propositions issues du séminaire de Noël pour accompagner la mutation du paysage associatif.

Au plan national :

Plusieurs ministres et leurs services ont été destinataires de notre plaquette. À chaque fois, nous avons reçu une réponse polie.

  • Le Délégué à L’économie sociale a remarqué que plusieurs de nos propositions étaient déjà prises en considération. Les autres ont été soumises aux services.
  • Le Directeur de la jeunesse et de la vie associative nous a donné une réponse du même ordre.
  • Le Premier ministre nous a invités à rencontrer un membre de son cabinet, ce que nous avons fait courant mai. Nos propositions ont été bien accueillies, notamment notre conception du rôle des associations dans le développement des territoires, aux côtés des collectivités et des entreprises…

Les 44 Parlementaires de Normandie ont reçu notre plaquette.

  • Nous avons rencontré les Députés Sira Sylla, Damien Adam et l’assistante de Fabrice Le Vigoureux. À chaque fois nos réflexions et propositions ont reçu un accueil très favorable. Mais au-delà de ces rencontres, il n’y a eu aucun prolongement.
  • Plus tard en juin, nous avons rencontré Fabienne Colboc, Vice-Présidente  du groupe d’études vie associative de l’Assemblée nationale. Elle a évoqué notre éventuelle participation à des auditions de la commission, mais sans résultat concret à ce jour.
  • Du côté de l’Opposition, seul Philippe Gosselin, Député « Les Républicains » a accusé réception de notre envoi, nous félicitant de la richesse de nos travaux. Rien de la part des Parlementaires écologistes ou de la Gauche, insoumise ou pas …

Enfin, dernière précision, nous n’avons eu aucun retour des services extérieurs de l’État en Région.

Au plan régional :

Si aucun élu régional n’a accusé réception de notre contribution, nous avons longuement rencontré M. Ronis Le Moal, Directeur de cabinet du Président Hervé Morin. Il s’est dit très intéressé par notre approche, désignant les associations  comme le troisième pilier du développement territorial. Il a convenu que de ce point de vue, les associations pourraient être accompagnées par la Région comme le peuvent être les entreprises et les collectivités à travers les contrats de territoire et l’agence de développement économique. Il nous a proposé de participer à une rencontre « brainstorming » avec divers services concernés.
Quelques semaines plus tard, nous avons  rencontré Claire Rousseau, Vice-Présidente à la vie associative et ses services. L’intérêt de notre démarche fut à nouveau souligné.
Pour autant, au plan opérationnel, aucune traduction  n’est apparue à ce jour.

À l’échelle des intercommunalités :

Plus grave peut-être est l’absence totale de réaction  des présidents des intercommunalités, les EPCI qui, pourtant, sont en première ligne quand on parle développement des territoires. On peut sans grand risque de se tromper, dire qu’ici la contribution des associations au développement des territoires est très sous-estimée. Et pourtant les Présidents et leurs services ne cessent  d’invoquer l’attractivité de leur territoire.

Un signe positif :

Le signal positif vient davantage du monde des entreprises. Grâce à Fabienne Corruble et aux initiatives du CESER, nous avons pu dialoguer avec des chefs d’entreprise et, par exemple, être rapidement associés à une démarche comme celle initiée par les entreprises du secteur de Cléon dans le cadre du Projet « Ecosystème Cléon 4.0 ».

pour conclure, soulignons que nous avons établi le contact avec le Mouvement associatif, mais nous reviendrons sur cette rencontre la prochaine fois… À suivre

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*