Associations, changement de paradigme

un grand chantier du quinquennat?

Véritable révolution, le numérique aide à nous affranchir des contraintes temporelles et géographiques. Il démultiplie les capacités d’initiatives individuelles et collectives, booste la créativité… Les outils numériques permettent d’entrer en relation à toute heure de la journée, chaque jour de la semaine. Ils favorisent l’initiative, la participation, permettent d’intégrer les formes différenciées d’engagement. Ils contournent les barrières administratives. Ils allègent les contraintes, ils favorisent les économies d’échelle. Ils offrent une souplesse de fonctionnement. Ils sont un formidable levier de transformation.

La liberté d’organisation est l’un des atouts majeurs des associations. Il existe une réelle convergence entre les besoins des associations et les potentialités offertes par les outils numériques. Convergences d’autant plus fortes qu’aujourd’hui les technologies numériques et les outils qui permettent de s’en servir sont de plus en plus accessibles aux associations tant au plan financier que des facilités d’usage.

Pourtant, trop souvent encore cette convergence reste théorique. Beaucoup d’associations, sinon la plupart, manquent d’anticipation en ce domaine. Elles sont rétives à un recours généralisé aux outils numériques dans la gouvernance du projet.

Un recours parcellaire aux usages numériques fragilise le fonctionnement des associations. Des contradictions émergent entre des pratiques nouvelles et des règles de fonctionnement plus anciennes. Les repères se brouillent, engendrant une déstabilisation d’autant plus forte que les outils numériques très volatils sont en permanente évolution. La dématérialisation des procédures, la vitesse de circulation de l’information, la survalorisation de l’immédiateté, greffées sur des modes de fonctionnement institués, peuvent déstabiliser les associations : mise en cause des règles de fonctionnement, perte de la mémoire, incapacité à se projeter, fragilisation des formes de gestion.

Le numérique n’est pas une simple évolution technologique. Nous vivons un véritable changement de paradigme. Les associations ont besoin d’être accompagnées pour franchir ce passage comme elles ont pu l’être quand, dans les années 50 et 60, au-delà de l’expression d’une liberté publique, elles sont devenues aussi des partenaires des pouvoirs publics.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*