Un cap : les associations, au cœur des territoires

les associations en mouvement

16-10-17-paysageTéléchargez la version pdf en cliquant ici

Au début des années 60, à l’image de la société tout entière, le paysage associatif s’est organisé en filières endogènes. Des structures bien identifiées, des rôles et fonctions décrits précisément font système. Ainsi s’organisent les centres de vacances, les MJC, les centres sociaux… Les fédérations, les mouvements rassemblent et accompagnent les associations locales. C’est l’époque des trente glorieuses. Depuis le début des années 80, sous l’effet de multiples facteurs, cette architecture est malmenée. Sa rigidité, son cloisonnement ne résistent pas aux évolutions sociétales qui multiplient les initiatives, bousculent les secteurs d’activités, suscitent de nouvelles rencontres, impulsent des projets aux frontières mouvantes. La révolution numérique accélère cette évolution. Le citoyen, l’usager, le client sont chaque jour davantage associés à l’élaboration de l’offre qui leur est proposée. Ceci se traduit notamment par une différenciation des usages, une adaptabilité sans cesse renouvelée des pratiques…autant d’éléments incompatibles avec le fonctionnement d’une société à « statuts ». Dans cette dynamique, la transversalité prend le pas sur la filière, les territoires de proximité émergent comme des aires de cohérence. Le centre de gravité de la société se déplace vers le local ou plutôt se diffuse au travers des institutions. Les centres de décision se multiplient, s’interpellent, se contredisent… Décentralisation des institutions administratives, multiplication et réduction de la taille des entreprises… Le secteur associatif n’échappe pas à cette évolution. Les fédérations associatives ne sont pas éliminées, mais les lignes de hiérarchie des années 60 ne fonctionnent plus aussi bien. Elles doivent dialoguer avec tous les maillons de la chaîne de gouvernance. Les associations locales gagnent en autonomie. Elles sont plus nombreuses et pour beaucoup d’entre elles, évoluent en dehors de tout champ organisé. Les associations sont aux côtés des entreprises et des collectivités, le troisième pilier institutionnel du développement territorial. Elles sont des facteurs de créativité, d’agilité, elles servent d’amortisseur social, elles développent des services, mobilisent des citoyens …. Elles participent de l’attractivité du territoire. Mais pour jouer pleinement leur rôle et le voir reconnu, les associations doivent elles-mêmes s’ouvrir aux territoires et sortir de l’entre soi où les enferme trop souvent la tradition. Les associations doivent aller à la rencontre des autres acteurs qu’ils soient associations, entreprises ou collectivités. Elles doivent articuler leur projet à ceux des autres, s’ouvrir aux évolutions des pratiques individuelles et collectives…

Associations-et-Territoires-Normandie s’inscrit pleinement dans cette nouvelle perspective. Au côté du mouvement associatif organisé, en partenariat avec lui, nous voulons contribuer à créer le nouvel écosystème dans lequel les associations évolueront dans les années à venir. Association régionale, nous voulons accompagner les associations en agissant à tous les échelons du territoire. Nous voulons dialoguer et coopérer avec les collectivités, les entreprises, l’ensemble des acteurs sociaux sur la place, le rôle des associations dans les territoires, sur les nécessaires synergies à développer. Réforme des territoires, des rythmes éducatifs, nouveaux habitants, nouveaux modes de vie, nouvel engagement bénévole, accélération des mutations technologiques…nous pourrions allonger la liste encore. Les associations au service de l’intérêt général doivent sans cesse renouveler, adapter, évaluer leur projet, son adéquation aux besoins des habitants et des territoires. Le projet local ne peut être seulement la mise en œuvre d’un dispositif, l’application d’un modèle national. Il doit s’inscrire dans le territoire, poser des passerelles avec d’autres projets, tisser des liens, prendre en compte des données locales… L’accès à l’information et la gestion des données sont des éléments déterminants.
Philippe Thillay

Téléchargez la version pdf en cliquant ici

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*