quelque part sur le site

Associations au service des territoires

Vie associative téléchargez nos propositions : Associations-Normandie- Propositions

Les ronds-points des « Gilets-Jaunes » souvent situés à proximité des centres commerciaux, des autoroutes, loin des centres-villes, des places de village, sont devenus les nouvelles « agora », ces lieux de rencontres et de débat public. Ils illustrent la déstructuration du lien social.

Au-delà des revendications immédiates sur le pouvoir d’achat, la baisse des taxes… les nombreux témoignages relayés par les médias et les réseaux sociaux soulignent  le besoin d’être ensemble, le plaisir de la rencontre, la surprise de la découverte d’autres parcours de vie…

L’économie, les infrastructures ne suffisent pas à faire les territoires. Le vivre-ensemble est tout aussi important. Il est un élément essentiel de l’attractivité et du bien-être social.

Associations, un rôle incontournable :

Dans les années 60 et 70, les associations, aux côtés des entreprises et des pouvoirs publics, ont exercé une responsabilité de premier plan. Pas un canton, pas un centre-bourg sans un centre social, un foyer rural, une MJC, un foyer socio-culturel… Autant de lieux de rencontres, d’éducation, sources d’épanouissement personnel et de développement collectif…

Les associations sont toujours là. Elles sont même plus nombreuses. Elles ont la confiance des Français. Mais elles sont mises à l’écart, reléguées vers des missions d’action sociale, traitées de plus en plus souvent comme des entreprises, soumises aux lois de la concurrence et aux appels d’offre.

Il est temps de les remettre au cœur de la dynamique sociale. Les associations, parce qu’elles mobilisent les citoyens, qu’ils soient jeunes, vieux, travailleurs, retraités, chômeurs, étudiants, femmes, hommes… peuvent être des acteurs de premier plan du développement territorial.

Associations, des propositions :

Il faut aider les associations à faire face aux mutations de notre société. En 2018 dans le cadre du plan national annoncé par le Premier Ministre, Associations-Et-Territoires a identifié quatre chantiers prioritaires : le rapport aux territoires, les ressources humaines, les ressources financières, la gouvernance à l’heure numérique.

Sur ces quatre axes, nous avons formulé diverses propositions d’action. On les retrouve dans la plaquette présentée ici : Associations-Normandie- Propositions.

Soutenus par le Fonds de développement de la vie associative, la Région et la Métropole rouennaise, nous essayons de les confronter au réel :

  • Au Havre, nous venons de mettre en place en partenariat avec l’association locale Piân’Piâne et l’AHAM, un groupe de travail sur le thème : place des associations au sein de la nouvelle intercommunalité, qui verra le jour le 1er janvier 2019. Nous travaillerons notamment sur les nouvelles sources de financement des associations.
  • Sur l’agglomération rouennaise, nous agissons en appui sur Cardère, des associations du Parc Régional, la MJC de la région d’Elbeuf… dans le cadre de la « COP 21 et les accords de Rouen ». Nous souhaitons aider les 10 000 associations de l’agglomération à assumer les mutations nécessaires tout en participant activement à la démarche de transformation du territoire.

2 commentaires sur Associations au service des territoires

  1. Bonjour, dans les premières revendications des associations, vient en ce qui concerne l’association dont je suis la présidente, le souhait que les élus locaux qui ne répondent même pas aux courriers ni aux mails, ne soient pas aussi méprisants envers les bénévoles et surtout qu’ils respectent la législation, ce qui n’est ABSOLUMENT PAS le cas et qu’ils expliquent à quoi ont été utilisés les fonds qui devaient depuis 1999 jusqu’à ce jour, être utilisés pour l’application de cette loi……………………En conclusion, il faut des élus intègres ……………….et non du style de Sébastien LECORNU qui à peine arrivé au conseil départemental a supprimé la maigre subvention de 1000 € attribuée pendant 3 ans à notre refuge qui doit se substituer sans aide aux obligations des maires et élus.

    • Bonjour,
      A la décharge de Mr Lecornu, ce n’est pas parce qu’il fait des choix dans l’attribution des subventions qu’il n’est pas intègre. Par contre ce côté arbitraire pose effectivement souci. Il manque dans notre société aujourd’hui des espaces de dialogue entre la société civile et les décideurs politiques où l’on puisse parler de l’intérêt général. de tels espaces existaient aux débuts de la 5eme république. c’étaient les espaces de dialogue qu’entretenaient les services de l’Etat avec les réseaux fédératifs. Ils ont progressivement disparus avec le déploiement de la décentralisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*